Les facteurs qui affectent les gains Adsense sur YouTube

Les facteurs qui affectent les gains Adsense sur YouTube

Avec notre préférence à consommer des contenus vidéos, YouTube est partie pour imposer son autorité sur le Web pour très longtemps. Sa popularité en a fait la cible des sociétés qui y proposent, sous forme de publicités, leurs produits à son publique. En retour, Google (le proprio de YouTube) reçoit des commissions qu’elle partage avec les publicateurs des vidéos. Certains publicateurs qui y gagnent beaucoup d’argent en ont d’ailleurs fait une activité vitale. D’autres, malheureusement, peinent à dépasser les 100 dollars en revenu mensuel. C’est le cas de ce lecteur qui me partageait sa frustration à voir que certaines chaînes YouTube; pourtant avec moins d’abonnés et de vues de vidéos gagnent bien plus que lui avec Adsense. Cependant, cet ami et beaucoup d’autres personnes ignorent qu’il y a plusieurs facteurs qui affectent les gains Adsense avec YouTube; qu’il ne suffit pas d’avoir beaucoup de fans et obtenir des milliers de vues de vidéos pour beaucoup gagner.

Le but de cet article est d’éclairer certaines confusions sur cette question. Je l’aborde en trois points:

  • A – Explorant d’abord les notions de base sur Adsense
  • B – Évoquant ensuite les facteurs qui affectent les gains Adsense avec YouTube
  • C – Argumentant enfin comment voir au de-là de Adsense

A – Notions de base sur Google Adsense

Adsense ou Google Adsense est un ensemble de programmes publicitaires développés et gérés par Google. Parmi ces programmes figure Adsense pour contenu. Il s’agit du programme à travers lequel les publicateurs permettent à Google de placer des publicités dans leurs contenus. Et si le public interagit avec la publicité en question, le publicateur perçoit un pourcentage des commissions versées à Google. Les publicateurs, encore appelés créateurs de contenus, perçoivent précisément:

  • 68% de commissions pour les propriétaires de sites Web
  • 55% pour les propriétaires de chaînes YouTube.

1- Participation au programme et fonctionnement

Adsense pour contenu est gratuit d’accès à toutes les chaînes YouTube et tous les sites Web. Cependant, bien sûr, il faut adhérer et respecter la réglementation Google en la matière et répondre à ses critères de base. Pour le cadre de YouTube, suivre la procédure:

  • Créer une chaîne YouTube.
  • Réunir les conditions pour la monétiser
  • Une fois les conditions réunies, monétiser la chaîne.
  • Créer un compte Adsense
  • Ajouter la chaîne YouTube au compte Adsense.
  • Configurer le compte Adsense: un des aspects clés ici est d’accepter de monétiser la chaîne YouTube par les annonces. Beaucoup de gens manquent souvent de le faire.
  • L’autre aspect important est le choix des types d’annonces acceptables sur vos contenus.

Après configuration de chacun de ces éléments, Google Adsense s’occupe du reste:

  • Choisir les meilleures annonces selon leur pertinence par rapport, par exemple, au contenu;
  • Les placer dans le contenu;
  • Les formater, etc.

2- Comment Adsense paye-t-il?

Les commissions des créateurs de contenus sont payées en fonction des types de publicité qu’ils choisissent d’accepter sur leurs contenus. Il y a fondamentalement deux types de publicités; donc deux types de gains.

  • Le revenu par 1000 impressions (RPM): vous gagnez lorsqu’une publicité s’affichant dans votre contenu obtient 1000 impressions. Suivant ce modèle, l’annonceur fixe un prix pour mille vues de sa publicité, ou coût par mille (CPM). Une fois cet objectif atteint, l’annonceur en verse le prix à Google. Ce dernier en récupère 45 % et alloue 55% au compte de la chaîne YouTube.
  • Le revenu par clic (RPC): vous gagnez lorsque vos visiteurs cliquent sur des publicités sur ou autour de votre vidéo.

Une chaîne YouTube peut choisir d’exploiter les deux modèles au même moment où d’en opter pour un seul.

Google paye par mois. Cependant, le revenu total de la chaîne doit être supérieur ou égal à 100 dollars pour qu’il soit versé. Si, à la fin d’un cycle mensuel, le seuil de $100 n’est pas atteint, Google retient le revenu en question. Google l’appliquera au(x) mois suivant(s), ou jusqu’à ce que la chaîne en question totalise les 100 dollars ou plus.

B – 10 facteurs qui affectent les gains Adsense avec YouTube

Ce que vous gagnez avec Adsense dépend de plusieurs facteurs dont certains demeurent ignorés du grand public. Cependant, voici quelques éléments pour comprendre pourquoi deux chaînes de même taille en audience, peuvent ne pas générer le même revenu; et comment ces facteurs affectent les gains Adsense avec YouTube.

1 – L’interaction du public avec les publicités

Juste parce que vous avez autorisé les publicités dans et autour de vos contenus ne veut pas dire que vous allez forcément gagner des sous avec Adsense. Les visiteurs doivent interagir avec les pubs dans vos contenus pour que Google vous fasse un virement bancaire.

Alors que la définition de ladite interaction s’avère simple et claire pour comprendre le revenu au clic, le principe du revenu par mille est confus pour beaucoup de gens.

a – Le cas du revenu par clic

De toute évidence, le revenu au clic est conditionné par un clic sur la publicité. Et, aussi rare que les gens cliquent sur les publicités dans les contenus qu’ils visionent, ainsi est-il difficile de gagner avec ce modèle. Cependant, si votre audience est constituée des personnes qui, comme moi, qui n’hésitent pas à cliquer sur des annonces intéressantes en fonction de leurs recherches, votre chaîne peut vous rapporter gros.

Le secret est la pertinence des publicités par rapport au contenu de la vidéo. Si Google peut réussir à marier des pubs à votre message, vous adoreriez le RPC. Pour atteindre cet objectif, il faut du contenu bien pertinent; ainsi qu’une belle recherche et un bon usage de mots clés dans le titre et les descriptions. Bref, un peu d’efforts SEO.

b – Le cas de revenu par mille (RPM)

Le CPM est associé au terme impression. L’expression “coût par mille” se définit souvent par: “coût de 1000 impressions”. Ce qui, avec YouTube, se traduit souvent par “coût pour 1000 vues”. Malheureusement, beaucoup de gens se perdent à ce niveau. Nombreux pensent que “1000 vues de vidéo” se traduit par “1000 vues de publicité” sur la vidéo. Ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

Si en configurant vos types de publicités, vous optez pour l’affichage des pubs inévitables; alors 1000 vues de vidéos se traduisent par 1000 visionnement de publicités. Parce que, dans ce cas, le visiteurs n’a pas d’autre choix que les suivre complètement, s’il veut suivre votre vidéo. Cependant, il faut faire attention avec ce type de pubs sur vos vidéos; parce que les visiteurs impatients n’hésitent généralement pas à quitter une vidéo s’ils sont obligés de regarder une pub qui ne les intéresse pas. Ce type de pub est adapté aux chaines possédant une audience loyale convaincue de ses contenus. Une telle audience peut tolérer quelques secondes d’attente avant de decouvrir votre contenu.

Par contre, si vous choisissez d’afficher les publicités évitables (celles contenant le bouton “Ignorer la publicité), c’est toute une autre histoire. Dans ce cas, une “vue de publicité” implique que le visiteur visionne la publicité pendant un certain temps. Parce que, les annonceurs établissent certaines règles pour payer ce type de publicité à Google. Exemple: le temps de visionnement de la pub peut être définie comme une règle établie par l’annonceur. Ce dernier peut par exemple établir que son spot publicitaire doit passer pendant au moins 30 secondes, pour être considérée comme une impression; et donc pour que vous soyez payé. Par conséquent, si le visiteur l’ignore, l’annonceur ne paye rien.

Aussi, si les visiteurs d’une chaîne ont tendance à en ignorer les pubs, cette chaîne n’a pas la chance de gagner avec Adsense. Or, nous le savons tous, la plupart des gens sont toujours prêts à appuyer sur “Ignorer la Publicité”; Nombreux utilisent même des logiciels qui bloquent les publicités. Dans ces conditions, une audience de 100.000, 200.000 ou 300.000 individus pourrait ne rapporter que dans les 100 dollars.

En termes réels, si une vidéo a reçu 300.000 vues et que seulement 20.000 personnes n’ont pas ignoré la publicité; cette vidéo n’aura généré que 10 mille impression. Donc, si le CPM fixé par le publicitaire est de $5, cette vidéo aura généré $100. Google récupère 45% = $45; la chaîne en perçoit $55.

2 – Le budget des annonceurs influence les gains

Le placement des annonces au CPM se fait aux enchères. L’annonceur qui mise plus obtient l’emplacement. Par conséquent, la valeur de mille impressions est très variable. Elle va de $0.10 à $15. Mais la plupart des annonceurs payent entre $4 et $10. Donc, tous les annonceurs ne misent pas égal pour leurs publicités. Tout dépend de leurs budgets. Certaines industries ont tendance à miser beaucoup plus haut que d’autres. Les finances, les assurances, le mobilier (…), par exemple, peuvent miser jusqu’au-delà de $15 par 1000 impressions. Alors que d’autres annonceurs ne peuvent se permettre d’aller au-delà de 2 ou 3 dollars. Donc, si une chaîne attire des annonceurs des industries aux grands budgets publicitaires, elle pourrait gagner de belles commissions.

L’attraction des annonces qui payent bien dépend du contenu des vidéos et de la popularité de la chaîne. Si, par exemple, vous avez une chaîne enregistrant quelques milliers de visites par mois; et que votre contenu tourne autour des animaux domestiques; ce sera rare (pas impossible) que des pubs des firmes financières soient placées dans vos contenus. Cependant, si la même chaîne enregistrait des millions de visites mensuelles, ce serait une autre histoire.

De même, si vous traitez des questions fiscales dans vos vidéos, les pubs des firmes fiscales ont la chance d’y apparaître; même si votre audience est limitée à quelques dizaines de milliers de visiteurs par mois.

Un autre critère important de placement de publicités sur les vidéos est l’intention du visiteur de la vidéo. Si un internaute a effectué plusieurs fois une certaine recherche sur Google, ce dernier aura tendance à placer, sur les vidéos qu’il suit, des publicités en rapport avec les recherches de cet internaute. Parce que Google comprend dans nos recherches sur son interface, des intentions d’achat. Alors il nous recible tout au long de notre interaction avec ses applications, à l’exemple de YouTube.

Ainsi, si j’ai récemment beaucoup demander à Google sur des informations à caractère financier, il y a beaucoup de chances qu’il me présente des publicités de services financiers sur des vidéos que je suis sur YouTube; que les contenus de ces vidéos soient ou ne soient pas en rapport avec les finances.

C’est parce que Google exploite un algorithme assez complexe pour déterminer la pertinence d’une vidéo. Ce, en fonction des mots clés utilisés. Ses robots peuvent juger de la pertinence du contenu en analysant:

  • les réactions à la vidéo (Aime, N’aime pas, partages),
  • les commentaires (positifs et négatifs)
  • l’audience de cette vidéo (nouveaux visiteurs et anciens visiteurs qui y reviennent). Que de vieux visiteurs reviennent suivre les mêmes vidéos est une démonstration de la qualité de leur contenu.
  • Le temps écoulé à suivre la vidéo. Que des gens suivent vos vidéos de bout en bout est un autre bon signal sur leur contenu.

3 – L’influence des mots clés et de la langue

Les mots clés jouent un rôle capital dans la philosophie de contenu chez Google. Si donc vous voulez monétiser vos vidéos sur YouTube, le choix des termes pour les titres; mais aussi les étiquettes, descriptions et méta descriptions de vidéos est crucial. Les mots clés que vous choisissez d’utiliser influenceront la décision des annonceurs à placer des pubs sur vos vidéos. S’il le faut, faites donc une recherche de mots clés competitifs en rapport avec le contenu de chaque vidéo; et utilisez-en les plus susceptibles d’influencer les recherches sur YouTube. Cette pratique d’optimisation pour les moteurs de recherche n’est pas seulement avantageux pour attirer les annonceurs; mais aussi pour aider vos vidéos à être vite trouvées; ce qui peut augmenter leurs visites et ainsi développer votre audience.

De meilleurs mots clés impliquent plus de trafic; ce qui entraîne la diffusion de meilleures annonces, et donc plus de gain.

Un gros frein au gain que je vois souvent est l’usage des langues non exploitées par Google, et/ou les annonceurs. Par exemple titrer les viéos, et en faire des descriptions en Lingala, une langue locale des deux Congo. Ce type de pratique est efficace pour bâtir une audience locale et rechercher des contrats de sponsors ou des annonceurs locaux. Cependant, elle pourrait considérablement limiter les gains Adsense. Parce que beaucoup d’annonces ne ciblent pas particulièrement ces populations locales.

4 – Localité d’origine du trafic

Les annonceurs ciblent des publics précis pour leurs pubs. Par conséquent, ils misent bien plus pour les publics les plus susceptibles d’acheter leurs produits. Or les grands annonceurs online sont des sociétés occidentales qui visent les publics occidentaux d’abord. Il est donc bien évident qu’une société vendant ses produits d’abord aux américains misent plus pour ses publicités ciblant ce public qu’elle ne mise pour les supports ciblant les pays du tiers monde, comme l’Afrique.

Même à l’intérieur d’un pays comme les États-Unis, la mise des pubs peut varier selon qu’elles ciblent les New-yorkais ou les houstoniens.

5 – L’évolution des enchères

Comme je l’ai évoqué ci-dessus, le CPM Adsense est basé sur les enchères. Lorsqu’un contenu intéresse un annonceur, ce dernier mise sur un prix qui est surenchéri par d’autres annonceurs; et surenchéri encore et encore. Par conséquent, le plus offrant obtient le meilleur spot sur la vidéo. C’est ainsi que le CPM peut grimper.

Plusieurs facteurs influencent les mouvements des enchères: sujet exploité, démographie, période de l’année.

a – Le sujet exploité dans la vidéo

Comme vous pouvez l’avoir peut-être compris ci-dessus, certains sujets sont bien plus compétitifs que d’autres; le cas des sujets sur les animaux domestiques VS les sujets sur les finances par exemple. Les sujets plus compétitifs suscitent généralement beaucoup de surenchères. Aussi, le gain avec les publicités qu’ils attirent peut s’avérer bien élevé.

b – La démographie

Même principe concernant la compétitivité démographique. Certains annonceurs visent des publics démographiques spécifiques, en fonction de l’âge, le sexe, le revenu ou l’état matrimonial. Par exemple, les vidéos visant les adolescents et/ou les personnes à faible revenu gagneront généralement moins que celle visant des professionnels en activité.

Si plusieurs annonceurs visent une demographie precise, ils surenchériront beaucoup les coûts de pubs, avec la conséquence que le CPM évolue positivement; à l’avantage des créateurs de contenus.

c – Période de l’année

Autour des périodes de fêtes ou des soldes, les sociétés multiplient souvent leurs efforts marketing. Ce qui, souvent augmente la concurrence. La croissance du nombre d’annonceurs devant un public spécifique peut les obliger à augmenter leur enchère.

6 – La longueur de la vidéo

Peu de gens passeront beaucoup de temps à suivre une longue vidéo, à moins que son contenu importe réellement. C’est pourquoi une grande partie des vidéos sur Youtube sont de courtes durées. N’empêche que je vois beaucoup de très longues vidéos enregistrer des dizaines de milliers de vues. En effet, les entrepreneurs qui offrent des tutoriels très informatifs peuvent se rejouir de garder les gens longtemps sur leurs vidéos.

Il y a deux avantages financiers avec les longues vidéos. D’abord plusieurs spots publicitaires peuvent y être placés. Et, plus il y a des pubs, plus les gens ont la possiblité d’interagir avec, et plus peut-on y gagner.

L’autre avantage est le facteur rétention de visiteurs. Si les visiteurs regardent une longue vidéo jusqu’à la fin, Google en comprend la pertinence du contenu. Ce qui par conséquent l’encouragera à favoriser la diffusion des annonces au CPC/CPM plus élevé.

7 – Les droits d’auteur

Si une vidéo contient du contenu protégé par les droits d’auteur, elle pourrait générer du revenu Adsense; non pas pour la chaîne qui l’a mise en ligne, mais pour son propriétaire légal.

En effet, Google est très regardant sur les droits d’auteur. C’est ainsi qu’il s’est équipé d’un système dénommé “content ID” (identification de contenu) qui permet aux publicateurs d’identifier et de revendiquer leurs contenus. Donc, si je suis l’auteur d’un contenu, je le fais savoir à Google lors de son téléchargement sur YouTube; de sorte que si le content ID découvre ce contenu ailleurs sur YouTube, Google exécute les réserves exprimées pour préserver mon contenu. Normalement, l’exécution des réserves suit un processus de revendication au cours duquelle Google détermine le vrai auteur du contenu. Pour reserve, l’auteur d’un contenu peut, par exemple, décider que Google lui déverse tous les gains générés par ladite vidéo sur YouTube.

Donc, si votre chaîne est focalisée sur la publication des vidéos d’artistes qui possèdent leurs propres chaînes YouTube, vous pourriez ne pas percevoir tout votre gain si ces artistes ont déjà protégé leurs œuvres. Ce œuvres peuvent être, une vidéo entière ou un extrait de vidéo ou de bande audio, une musique en fond sonore, une image (même celle que vous avez dûment acheté sur des sites comme Shutterstock)… Bref, tout contenu dont vous n’avez pas explicitement l’autorisation de vendre.

C – Options alternatives à Adsense

Adsense peut payer de belles commissions. Certains youtubers sont capables de gagner plusieurs millions de dollars. Cependant, ce n’est toujours pas évident, considérant les aspects étudiés ci-dessus. En plus, il faut beaucoup de temps pour bâtir une audience en terme de millions de fanatiques pour espérer atteindre quelques milliers de dollars de revenus mensuels.

Il est donc nécessaire de diversifier les sources de revenu de votre chaîne YouTube. En fait, votre chaîne peut vous générer bien plus de revenu qu’avec Adsense seul, si vous possédez une belle base d’abonnés, même s’ils ne sont pas dénombrés en millions. Voici quelques sources moins populaires de rentabilisation de chaînes YouTube:

1 – Le marketing d’affiliation

Le marketing d’affiliation consiste à intégrer des réseaux d’affiliation à travers lesquels vous pouvez demander à des compagnies membres de ces réseaux de présenter leurs produits ou services à votre public. Une fois votre demande approuvée (en général les demandes sont approuvées), vous recevez un lien que vous pouvez ajouter à la description de votre vidéo; de sorte que vous recevez des commissions d’achat pour tout achat en provenance de ce lien.

Pour réussir avec le marketing d’affiliation sur YouTube, vous devrez consacrer une partie de de votre chaîne à des vidéos de revue de produits ou services en rapport avec les sujets principaux de votre chaîne. Donc, si votre chaîne traite des sujets de bâtiment ou de construction, par exemple, il ne serait pas intéressant pour l’expérience de vos visiteurs d’offrir des revues des produits téléphoniques par exemple.

Vous devrez parcourir les nombreuses compagnies membres des réseaux d’affiliation pour dénicher ceux qui offrent des produits ou service dans votre domaine; et en faire une vidéo de revue. Cette stratégie vous met dans une meilleure position de recevoir des clics sur votre lien d’affiliation et éventuellement des ventes/commissions. Parce que, le produit de la revue a beaucoup de chance d’intéresser vos visiteurs. Car il est en rapport avec ce qu’ils viennent chercher sur votre chaîne.

Par ailleurs, vous devriez faire preuve d’honnêtété. Juste parce qu’un produit est susceptible de vous rapporter des commissions ne veut pas dire que vous devriez le proposer à votre base de fans. Ne cherchez pas à présenter à votre public un produit que vous n’aimeriez pas vous-même utiliser.

2 – Contrats de parrainage

Alors que le réseau Google Adsence peut se montrer efficace dans les efforts publicitaires de certaines compagnies, d’autres la trouvent peut efficace. Ces dernières comprennent, en effet, que beaucoup de gens ne prêtent pas du tout attention aux types de publicités offertes par Adsense. Par conséquent, elles préfèrent traiter directement avec des chaînes YouTube.

a – Chaînes et vidéos sponsorisées

Ainsi, elles peuvent sponsoriser la chaîne dans son ensemble; c’est-à-dire payer une certaine somme d’argent à la chaîne, pour que cette dernière recommande leurs offres à son public. Ceci peut se faire par l’intégration d’un clip-message de parrainage, du type “cette vidéo est sponsorisée par…”, dans des vidéos de la chaîne. L’autre option est de dédier une vidéo précise à un ou des produit(s) précis de ces marques ou compagnies.

Le parainnage peut vous rapporter bien gros, si vous pouvez bien négocier le contrat; surtout si votre chaîne est centrée sur une niche précise. Les termes de la négociation devraient incclure la taille de votre audience, votre temps à faire la vidéo, et vos efforts. En fait, pour ces compagnies, vous payer c’est comme payer une agence de marketing pour son service. Donc, ne sous-estimez pas votre travail et dévaluez pas non plus votre facture. Car, parce que votre chaîne est populaire, précisément dans leur niche, ces compagnies savent que leur message, à travers votre vidéo tombera dans de bonnes oreilles.

Vous pourriez obtenir des contrats de parrainage en vous inscrivant sur des sites comme Farmebit, si vous avez au minimum 5000 abonnés. Il y a aussi Grapevine si votre chaîne a une base fanatique d’au moins dix mille abonnés. Ces sites regorgent des milliers compagnies qui recherchent des figures influentes sur les réseaux sociaux pour des contrats de parrainage. Cependant, il y a beaucoup de propriétaire qui approchent directement les compagnies avec lesquelles ils veulent bosser.

b – Publicités incorporées

Une troisième option de parrainage qui se popularise de plus en plus consiste à intégrer des spots publicitaires directement dans les vidéos au moment de son montage. Vous traitez donc, directement avec une compagnie. Et en fonction de la taille de votre audience, son origine géographique et sa démographie, vous vous accordez sur le coût de votre service. Ce coût dépend aussi du moment et du nombre de fois que la publicicé doit être vue dans la vidéo. La compagnie vous transmet ensuite le fichier de sa publicité à intégrer dans votre vidéo. Vous pourriez en tirer bien plus de profits si vous offrez de présenter la vidéo sur votre page sur d’autres réseaux, comme Facebook.

D’une manière générale, le coût à charger les compagnies pour les contrats de sponsors suit la règle du CPM, comme avec Adsense. Vous vous entendez donc avec votre sponsor sur un coût pour chaque mille vues de la vidéo.

3 – Vendre ou mettre des vidéos en location

Si vous avez une vidéo qui se propage vite (vidéo virale), vous pourriez en donner le droit d’utilisation à d’autres chaînes moyennant de belles commissions. En effet, souvent lorsqu’une vidéo devient virale, plusieurs médias (comme les émissions télévisées) ont tendance à approcher l’auteur pour en demander les droits d’utilisation. Dans le même optique, vous pouvez faire louer certaines vidéos directement à partir de votre studio de créateur YouTube; et en définir le montant de location.

Par ailleurs, vous pourriez répertorier vos vidéos sur des sites comme Juken Media, où des acheteurs peuvent facilement la trouver et l’y acheter directement.

4 – Dons des abonnés et visiteurs

Pour vos instructions pertinentes, mais gratuites à travers vos vidéos sur YouTube, certains visiteurs peuvent vous faire des dons monétaires pour recompenser vos efforts. Il suffit de le demander. Dans la même lancée, vous pouvez promouvoir une campagne de crowdfunding sur votre chaîne.

Recap

Plusieurs personnalités influentes sur Youtube gagnent des dizaines, des centaines de mille et même des millions grâce à YouTube. Cependant atteindre ces niveaux de revenus ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut de la patience et de la discipline comme je l’explique dans l’article Gagner de l’argent sur Youtube pour bâtir une audience fidèle.

D’autre part, les personnalités qui gagnent beaucoup grâce à YouTube ne se contentent pas d’une seule source de revenu. Beaucoup de gens se limitent à monétiser leurs chaînes grâce à Google Adsense. Cependant, le gain n’y est pas toujours pas à la hauteur des attentes. Parce que trop de facteurs influencent les gains Adsense. Au contraire il faut diversifier les sources de revenus dont certines ont été développées ci-dessus.

J’espère que j’ai largement répondu à l’inquiétude de notre lecteur et des autres auteurs engagés avec YouTube.

Avez-vous aimé cet article?

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager sur WhatsApp

Laissez un commentaire

Articles récents

error: Content is protected !!
Retour haut de page