Senai Wolderufael – L’éthiopien qui exporte les épices éthiopiennes

Vous désirez bâtir une entreprise prospère? Commencez par identifier un problème et proposez-en des solutions. C’est, en tout cas, de la sorte que Senai Wolderufael s’est lancé dans les affaires en créant « Feed Green Ethiopia Exports », une entreprise qui produit et commercialise les épices d’origines éthiopiennes. Fondée en janvier 2013, avec un capital de moins de $2000, cette entreprise a franchi le cap des $100.000 en Décembre de la même année.

Sa croissance économique, son impact social et l’innovation sur le marché africain a valu à Senai Wolderufael de paraître comme un des 30 jeunes africains de moins de 30 ans les plus promettant en 2014. Dans cette interview parue pour la première fois dans How we made it in Africa, le jeune entrepreneur donne ses impressions au sujet de cette entreprise.

L’opportunité

Avant de démarrer son entreprise, Senai Wolderufael était un agent au service clientèle à Ethiopian Airlines où il remarqua que les membres de la diaspora éthiopienne repartaient dans leurs pays de résidence en occident avec des sacs remplis de mélanges d’épices éthiopiennes (comme le berbere et le shiro). Voyant la demande, Wolderufael a eu l’idée d’obtenir une licence d’exportateur et de produire des mélanges d’épices éthiopiennes pour en fournir à ses compatriotes vivant aux Etats-Unis et en Europe. Wolderufael et son partenaire d’affaires, Eyob Weldegabriel, commencèrent leur entreprise avec $2000 comme capital de démarrage. La société a trouvé depuis de nouveaux marchés d’exportation pour ses épices et des produits alimentaires transformés en Afrique, et a récemment décidé de commencer à exporter du café éthiopien

Le marché

Senai Wolderufael: Nous avons commencé par cibler les restaurants éthiopiens partout dans le monde. Nous leur expédions les épices et autre produits alimentaires traités. Nous sommes ensuite passés sur les clients internationaux non Ethiopiens en nous focalisant sur les épices connues internationalement comme le cumin noir, les graines de carvi, le gingembre et autres. C’est ainsi que nous avons découvert que certains pays africains importaient effectivement des épices d’Asie, alors que nous pouvions facilement leur fournir une bonne qualité et à un meilleur prix . Nous avons alors compris que même l’Afrique est un énorme marché pour nos produits . Donc, nous avons également commencé à exporter vers les pays comme le Nigeria et le Ghana.

Approvisionnement

Senai Wolderufael: Nous obtenons les épices directement auprès des agriculteurs dans leurs exploitations. Nous leur offrons de bons prix s’ils nous fournissent des produits de bonne qualité . Nous avons développé une bonne relation d’affaires avec nos fournisseurs; ils nous comprennent, comme nous les comprenons. Nous recueillons les épices et les traitons (nous les lavons, les séchons, les inspectons manuellement) puis nous les emballons. La production de nos produits alimentaires secs prend jusqu’à 20 jours en fonction de la quantité.

Les défis

Senai Wolderufael: L’un des défis auxquels nous sommes confrontés chaque jour est le manque d’information. L’Ethiopie est un pays en développement et la réglementation change constamment, et souvent, nous n’apprenons les changements que quand nous les affrontons, ou lorsque les règles sont applicables pour nous; ce qui nous amène à retarder la livraison des envois. Nous sommes également confrontés à des défis tels que la fluctuation des prix, les infrastructures et les problèmes logistiques. Mais en tant qu’exportateur, nous obtenons également des avantages du gouvernement éthiopien qui apprécie et aide les exportateurs.

Comment Senai Wolderufael définit-il un entrepreneur?

Senai Wolderufael: Je crois qu’un entrepreneur doit être fort, travailler dur, être patient, être un preneur de risque, une personne qui peut voir les choses d’une perspective large, une personne qui peut prévoir l’avenir; une personne qui n’a pas peur.

Perspectives

Senai Wolderufael: Dans 10 ans, je nous vois devenir une des plus grandes entreprises alimentaires sur le continent . Quand nous avons commencé en Janvier 2013 , nous avions moins de $2000, mais en fin de Décembre 2013, notre chiffre d’affaires était supérieur à $100.000. Cela nous a beaucoup motivés d’aller plus loin. Nous avons actuellement trois lignes de produits: les épices, les produits alimentaires éthiopiens et le café éthiopien.

Senai Wolderufael était un jeune ordinaire comme vous et moi. Son estime est d’avoir vu dans un produit cultivé dans son pays depuis la nuit de temps une opportunité et de l’avoir saisi. Senai est un exemple supplémentaire qui prouve une fois de plus l’efficacité de la théorie du Rêvez grand, mais commencez petit… Ce n’est pas la quantité des moyens mis en jeu qui justifie une réussite, c’est plutôt les stratégies de gestion employées.
J’espère que cette interview vous inspirera. Je vous serai très reconnaissant si vous partagiez cet article à travers les réseaux sociaux, en cliquant sur l’un des boutons ci-dessous.
À votre succlès!

Laisser un commentaire