Etudes et entrepreneuriat, comment réussir?

Je suis Alida Yndinga, une jeune entrepreneure gabonaise. Je me suis lancée en business il y a quelques années, alors que j’étais en deuxième année de l’université. L’entrepreneuriat est une chose en moi, que je ne pouvais plus contenir. Il fallait que je commence quelque chose, tout en en obéissant aux parents qui voulaient à tout prix que je termine avec les études.

C’était un grand challenge: je n’avais aucune expérience en affaires. Il fallait au même moment, comprendre les enjeux du business en général, ceux de l’industrie choisie, régulariser mon entreprise, gérer le personnel, et maintenir un rythme de travail académique. Sans personne pour m’aider, ni mentor, études et entrepreneuriat, ce n’est pas de l’eau à boire.

Le faisant, j’ai perdu beaucoup de temps, beaucoup d’argent, et j’ai fait faillite à deux reprises. Mais je n’ai pas abandonné… Fin 2014, j’ai créé la toute première entreprise qui me génère un revenu, avec un réel potentiel de croissance. J’ai tiré beaucoup de leçons de mes échecs antérieurs qui me permettent aujourd’hui de mener à bien ma structure, Malam’s Naturel.

Cet article n’est pas une expression d’expertise en business. Je veux juste mettre la puce à l’oreille aux étudiants qui se lancent dans l’entrepreneuriat sur les difficultés relatives à cette merveilleuse aventure. Aussi, partager des astuces pour réduire les risques d’échecs lorsqu’on veut associer études et entrepreneuriat.

Savoir ajuster convenablement son emploi du temps

Ce dont vous avez besoin plus que tout, lorsque vous faites les études et entrepreneuriat, c’est du temps. Car plus il y’a à faire, plus le temps se fait chèr d’où la nécessite de savoir l’organiser si l’on ne veut pas se perdre. Savoir gérer son temps est la clé de réussite. Entre les cours, les travaux de recherches, les devoirs à rendre, nos responsabilités d’enfants si l’on vit encore chez les parents, on trouve difficilement le temps pour autre chose.

Mais, bonne nouvelle: Rien n’est impossible à celui qui veut. Et qui veut… peut, vous l’avez déjà entendu quelque part et bien c’est le moment de l’appliquer. Bien organiser son emploi du temps est un impératif, il vous faut trouver le bon équilibre entre vos cours et l’entrepreneuriat. Evitez de perdre inutilement du temps est primordial et apprenez à vous sacrifier pour en gagner un maximum.

Commencez par réduire le nombre de vos activités extra-estudiantines, pour ce fait si vous avez pour habitude, pour les dames, de vous faire trois séances de champoing ou de manicures par semaines vous pourriez en sacrifier une ou deux séances pour gagner du temps.

Quant à vous messieurs, rien de grand ne s’est fait sans sacrifice alors oubliez un peu vos longues heures de match de football et réduisez quelques une de vos nombreuses soirées entre amis etc. Traitez votre temps comme de l’argent, chérissez-le avec beaucoup de délicatesse, car chaque minute est très précieuse, ne dit-on pas que le temps c’est de l’argent.

Soyez flexible et toujours prêt

Attention! Plus on chérit le temps, plus on tombe facilement dans le piège de la rigidité. A force de toujours organiser, on finit par se fermer au changement, et penser que rien ne doit changer alors un moindre petit changement arrive à nous déboussoler. Mettez en tête que dans la vie, rien ne reste inchangé très longtemps, tout est changement et tout est mouvement.

Un professeur peut s’absenter, un imprévu pourrait se produire à tout moment et interférer à votre programme. Pour ce, il vous faut donc être flexible, anticiper toujours et préparez-vous à un éventuel plan B, Car seules les personnes qui savent s’adapter gagnent.

Faites-vous connaître

Etudes et entrepreneuriat présentent un atout non négligeable: le milieu. Comme moi vous le savez, les milieux scolaires abondent de jeunes et les jeunes représentent une grande cible    en commerce. En effet, ils sont dotés d’une ouverture d’esprit à l’accueil d’un nouveau produit. Ils reçoivent facilement un nouveau produit ou une nouvelle marque, car  ils sont en quête permanente de nouvelles expériences.

Exploitez cet atout, et vous serrez étonné du résultat. Lorsqu’un jeune découvre un produit il  ne se contente pas  seulement de le consommer mais il  s’en presse d’en  parler, histoire de partager sa joie et son expérience avec ses amis, ses collègues ou ses condisciples de classe.

Alors, imaginez la grande publicité qui se fait dans les campus universitaires! Vous avez donc là une publicité  gratuite pour votre affaire. Cette publicité peut vous paraître archaïque mais très efficace, en vous appuyant sur le fait que dans les milieux des jeunes, les nouvelles se répandent vite: une simple affiche sur le tableau d’affichage de votre campus, ou de votre école supérieure, ferait l’affaire pour débuter votre affaire.

Appliquez-vous dans les deux: études et entrepreneuriat

Un milieu popiste est un grand atout. Mais à lui seul, il ne suffit pas pour réussir. Comme pour tout bon entrepreneur il vous faut aussi vous appliquer. Soyez rigoureux et   donnez le meilleur de vous dans ce que vous faites. Et ce, peu importe le genre de votre entreprise. C’est à vous de donner de la valeur à votre business. Faites un travail qui signifie qualité. Parce que la qualité du service ou du produit est ce qui vous distinguera parmi mille et vous qualifiera pour la réussite en vous hissant vers le haut.

De plus, la qualité fera votre réputation. Au centre de tout, mettez-y de la passion, puisque rien de grand ne se fait sans passion, et que jamais rien d’extraordinaire n’a vu le jour sans elle, puis qu’elle est le moteur de toute réalisation. La passion vous donne une force incroyable et vous permet ainsi de dépasser vos limites et craintes.

Innovation

J’ai connu deux échecs en entreprise dont la principale cause a été la crainte de l’inconnu, de sortir de ma «zone de confort», zone dans laquelle l’on s’édifie des habitudes et d’une sécurité qu’on ne désire pas perdre en prenant des risques. Cependant la prise de risques, vous aide à sortir des paradigmes habituels et vous conduit à prendre des initiatives, c’est même la clé de l’innovation qui est cette faculté d’apporter le nouveau dans ce qui existe déjà, et spécialement dans l’entrepreneuriat.

Appuyez-vous sur le fait que tout est possible, vous n’avez rien à perdre à essayer et  pas de peur non plus à avoir de ce que vous ne connaissez pas. Cherchez toujours à améliorer constamment vos idées. En le faisant vous aboutirez certainement à un résultat surprenant voir même extraordinaire, de cette manière vous apporterez une touche spéciale à votre service votre produit, donc votre entreprise. Vous n’êtes pas obligez de créer quelque chose de nouveau. Vous pouvez simplement améliorer un concept qui existe déjà. Sachez que les génies font souvent beaucoup plus que copier, vous n’êtes pas obligé de faire comme tout le monde, mais ne pas prendre de risques c’est vous détruire vous-même et votre plus grand échec serait de ne pas avoir essayer !

Lire aussi: Devrais-je abandonner les études pour entreprendre?

Comment voyez-vous l’avenir

En générale, les étudiants entreprennent juste pour des besoins de subsistance, parce qu’être un étudiant n’est pas aisé et ce, même lorsqu’on est un étudiant boursier, car la bourse à elle seule ne suffit pas pour répondre à tous les besoins d’un étudiant. C’est ainsi qu’est né le concept études et entrepreneuriat.

La nécessite de survivre est la raison qui emmène un certain nombre d’étudiants à s’aventurer dans le concept études et entrepreneuriat, ce que j’appelle l’entrepreneuriat de subsistance. L’étudiant entreprend juste pour avoir assez d’argent au cas où la bourse tarderait et que l’argent des parents n’arriverait pas comme prévu, pour s’acheter le livre imposé par un professeur ou encore pour s’approvisionner en nourriture…

Mais sans aucune ambition entrepreneuriale véritable. Un conseil: ne vous contentez pas de cela! De ce que vous arrivez à répondre à vos petits objectifs d’aujourd’hui! Fixez-vous plutôt des objectifs à long terme. Objectifs ambitieux qui se concrétisent sur un horizon de cinq, dix ou vingt ans. En le faisant vous passerez d’une entreprise (activité) de survie à une vraie entreprise. Passez de la subsistance à la croissance! Vous y parviendriez grâce à une seule chose: la volonté, celle de faire des profits.

Lire aussi: Créer une entreprise sur les bancs de l’école

On l’a tous cru, que les études garantissaient un bon emploi. Mais après l’université ou une formation professionnelle supérieure,  nous nous rendons  vite  compte que l’emploi tout fait tout près, est devenu une vieille histoire, qui se dégrade tel un vieux vêtement pour laisser place aux chaudes réalités du chômage de plus en plus croissant. Alors vous comprenez que votre entreprise d’étudiant d’aujourd‘hui peut devenir votre emploi pour la vie au mieux elle peut vous offrir de meilleures opportunités. Il se révèle donc de considérer, en même temps, études et entrepreneuriat tout au long de votre cursus académique.

Beaucoup pensent que pour entreprendre, on doit posséder un capital assez conséquent et pour cela on hésite à commencer avec le peu dont on dispose. Pourtant aujourd’hui le temps nous révèle le contraire, et beaucoup d’entrepreneurs qui ont réussi sont partis d’un infime capital, parfois insignifiant voir rien du tout. Tel que le jeune entrepreneur kenyan Éric KINOTI qui fonde quatre entreprises de renom avec 200 dollar l’équivalent de 80.000 franc CFA.

Laisser un commentaire